Blogue Base Camp Connect

Cinq raisons de vérifier les communications à votre prochain exercice

Posted by Camp de Base on novembre 14, 2019

Les exercices militaires représentent un excellent moyen d’éprouver les tactiques opérationnelles et offrent des occasions idéales aux troupes de s’entraîner. Sans nul doute, vous mettez déjà à l’épreuve vos tactiques d’entraînement, vos armes et vos stratégies. Vous risquez cependant de ne pas atteindre vos objectifs si les communications avec vos alliés sur le champ de bataille sont inefficaces. Voici cinq raisons pour lesquelles vous devriez vérifier les communications de la coalition.

Une leçon sur les communications tirée des opérations de premières lignes en Afghanistan

On peut s’interroger à savoir si les mauvaises communications constituent un réel enjeu prioritaire. Si vous disposez de ressources limitées et devez prendre des décisions judicieuses quant à la répartition de vos ressources à l’entraînement, l’amélioration des communications est l’une des meilleures façons de rehausser la performance opérationnelle et de réduire le nombre de pertes humaines. Revoyons un malheureux incident qui s’est produit en Afghanistan pour constater le prix à payer des communications défaillantes.

En 2014, la coalition a planifié une opération militaire en Afghanistan. Cette opération s’est avérée plutôt élaborée et complexe, car elle a fait intervenir de multiples participants dans le cadre d’une coalition, dont les forces américaines de l’air et sur le terrain de concert avec des soldats afghans. Une frappe aérienne précise est difficile à réaliser dans les meilleures conditions, d’autant plus lorsque des personnes se trouvent à proximité. Malheureusement, les communications durant cette opération se sont révélées défaillantes. Selon PBS, le prix de cette défaillance fut élevé :

"De mauvaises communications entre les forces américaines de l’air et sur le terrain qui auraient pu être évitées ont entraîné un incident de « tir fratricide » en Afghanistan, durant lequel cinq soldats américains et un soldat afghan ont été abattus en juin dernier, selon un rapport d’enquête militaire."

L’enquête a révélé de multiples défaillances de communication. L’équipage aérien a omis de vérifier les positions des forces amies dans la zone. En revanche, les forces sur le terrain n’ont pas communiqué efficacement avec l’équipage aérien. Qui plus est, des problèmes technologiques sont survenus : « Les appareils de ciblage du bombardier B-1 sont incapables de déceler les appareils de repérage des forces alliées du type utilisé par les forces terrestres américaines. »

Bien qu’on ne puisse l’affirmer avec certitude, il est fort probable que l’amélioration des habitudes et des pratiques de communication aurait pu éviter ou réduire les conséquences de cette situation.

1) Souligner l’importance des communications dans la réussite ou la défaillance de toutes les opérations de la coalition

Les soldats exécutent régulièrement des exercices d’entraînement pour éprouver leurs compétences en milieux hostiles comme le désert et la jungle. Ces exercices les aident notamment à renforcer leurs compétences et leur confiance en soi et à déceler des points à améliorer. Afin de faire ressortir le message, soulignez les dommages réels et possibles susceptibles d’être causés par des communications défaillantes.

Nous recommandons la définition d’ensemble des communications afin d’inclure les dimensions suivantes :

  • Équipement de communications – Vous êtes probablement si habitués à vos radios, téléphones et autres appareils de terrain que vous oubliez le fait que d’autres pays et organisations auront des dispositions différentes. Il vaut la peine de vérifier soigneusement les caractéristiques des appareils, comme les portées, les fréquences et les numéros particuliers de modèle.
  • Infrastructure de communications – Quels effectifs et systèmes utilisez-vous ainsi que vos partenaires de coalition? Si vous disposez de systèmes entièrement ou partiellement distincts, quelles méthodes utiliserez-vous pour coordonner vos systèmes?
  • Sécurité des communications. – Comparez et contrastez vos habitudes de sécurité à celles de vos partenaires de coalition. Par exemple, quand et comment utilisez-vous l’authentification multifactorielle?
  • Compétences linguistiques. – Durant les opérations de la coalition, vous serez éventuellement appelés à collaborer avec des personnes qui utilisent d’autres langages. Vous devez ainsi envisager les compétences linguistiques de manière assez approfondie (p. ex., les compétences orales par opposition aux compétences écrites).

2) Repérer les défaillances en communication avec un minimum d’incidences

Durant les opérations de la coalition, vous êtes confrontés à des complexités et des risques opérationnels plus importants. Vous rassemblez des personnes de différents endroits qui n’ont pas nécessairement d’expérience en collaboration. Elles pourront avoir des priorités et des conventions tactiques différentes des vôtres. Compte tenu de ce contexte, vous vous devez envers vos équipes d’entreprendre toute démarche raisonnable visant à réduire les risques inhérents.

En éprouvant de façon proactive les communications durant un exercice, vous réduirez les risques d’erreur en matière de tir fratricide, les retards et les autres problèmes de communication. Vous n’avez aucune emprise sur la météo ou les actions des forces ennemies, mais vous pouvez avoir des communications plus fiables avec vos partenaires de la coalition.

3) Évaluer les nouveaux systèmes de communication

Une opération tactique en direct est un moment bien mal choisi pour expérimenter de nouvelles technologies, particulièrement quand il s’agit des communications. En réalisant une vérification dans un moment à moindres risques, vous pourrez déceler des problèmes plus rapidement. Par exemple, vous pourriez constater que vos systèmes existants ne sont plus en mesure de traiter les données générées par de multiples drones.

4) Éprouver vos communications grâce à un exercice antibrouillage

Dans les sections précédentes, nous avons souligné les aspects liés à la performance opérationnelle et à la coordination des communications de la coalition. Or, une autre dimension importante doit être prise en compte : l’effet du brouillage des communications ou d’autres formes de perturbations.

Pour composer avec cette menace, envisagez la réalisation d’un exercice antibrouillage (anti-jamming exercise) comme celui mené par le Department of Homeland Security (DHS) des États-Unis en 2016. La première étape de la gestion d’une perturbation de ce genre est la reconnaissance :

« Une situation de brouillage pourrait compromettre une intervention en cas d’urgence ou une mission de maintien de l’ordre public par le manque de communication ou sa non-fiabilité; en outre, les intervenants pourraient ne même pas réaliser l’existence d’un problème. »

Soit dit en passant, des balles ou d’autres armes ne sont pas nécessaires pour empêcher un appareil de brouiller les communications. Le DHS a mis de l’avant une solution simple et sécuritaire : « L’une des tactiques que le DHS S&T a validées au JamX 17 pour détruire un appareil de brouillage consiste à recouvrir ce dernier d’une couverture d’urgence Mylar dont la plupart des intervenants disposent à l’arrière de leur véhicule. Il s’agit d’une méthode simple et efficace pour désactiver rapidement l’appareil sans même y toucher directement. »

Fort heureusement, le risque lié au brouillage est relativement peu élevé dans une situation de maintien de l’ordre public, puisque bon nombre de pays disposent de lois et de règlements qui restreignent ou interdisent l’utilisation de ce genre d’appareils. Cependant, il ne faut pas présumer que les technologies d’antibrouillage ne seront jamais utilisées simplement du fait qu’elles sont illégales.

5) Revoir vos pratiques de sécurisation des communications

Bien que de nombreuses organisations aient des principes similaires en matière de sécurisation des communications, de façon générale, ces derniers diffèrent considérablement quant à leur application. Par exemple, votre organisation permet-elle l’utilisation des appareils Bluetooth pour les communications tactiques? Le discernement de ces différences en matière de sécurité des communications durant un exercice à faibles enjeux est la meilleure façon de procéder.

Les mesures à prendre pour améliorer les communications de la coalition

Nous vivons dans un monde où les communications foisonnent et sont en évolution constante. Il s’agit là des avantages de notre époque. Néanmoins, il ne faut pas devenir complaisant en présumant que vos partenaires de la coalition disposent des mêmes appareils, compétences ou politiques que les vôtres. Si vous ne vérifiez et n’améliorez pas régulièrement les communications de la coalition, vous ferez face à davantage de risques de tir fratricide et de scénarios similaires. La prochaine étape consiste ainsi à sélectionner votre partenaire de coalition le plus important et d’approcher ce dernier pour prévoir un exercice pour éprouver les communications.

Topics: technologies de communication, communication multi-agences, communications interagences, Communications tactiques, communications de coalition, exercices militaires

Written by Camp de Base

Camp de Base est une entreprise qui développe, produit et commercialise des solutions de communication. Nous avons développé une solution unique qui fournit l'interopéerabilité entre la voix, les données et les radios pour les bureaux temporaires et les postes de commandements.

S'inscrire au blogue

Articles récents

Articles classés par thème

Voir tout