Blogue Base Camp Connect

Comment gérer les Communications Radio lors d'opérations spéciales ?

Posted by Blogueur Paul Calderwood on janvier 6, 2017

Récemment, j’ai reçu un courriel de la FEMA (Federal Emergency Management Agency, soit l’agence fédérale des situations d’urgence aux États-Unis) annonçant la venue d’un nouveau programme. En lisant la description, je me suis mis à penser aux communications radio qui sont utilisées lors d’opérations spéciales.

 La description du cours Préparer les communautés aux attaques coordonnées complexes est la suivante : ‘’Ce cours fournit aux répondants de diverses disciplines des compétences qui leur permettront de gérer la réponse initiale d’une attaque à grande échelle se déroulant dans un environnement chaotique. Ce cours vise à outiller les répondants de manière à ce qu’ils sachent comment utiliser leurs compétences intuitives telles que l’observation, l’analyse et l’anticipation. Cela leur permettra de reconnaître une attaque potentielle impliquant de multiples incidents de grande envergure qui inondent les ressources, excède les tactiques et stratégies conventionnelles et qui requière souvent une réponse à la crise conjointe impliquant des membres de différentes disciplines et juridictions’’.

J’aimerais maintenant que vous preniez quelques minutes pour penser à ce que cela pourrait signifier pour votre communauté. Est-ce que ce pourrait être un tireur actif avec plusieurs victimes ? Qu’en est-il d’un carambolage impliquant une cinquantaine de véhicules sur l’autoroute en pleine tempête de neige ? Est-ce que ce pourrait être un camion utilisé par des terroristes pour foncer sur une foule lors d’un événement comme ce fut le cas au Marché de Noël de Berlin ? Qu’en est-il des attentats à la bombe survenus au marathon de Boston en 2013 et des attentats contre les trains et autobus de Londres? Malheureusement, personne n’est à l’abri de ce type d’événement, il est donc important de garder à l’esprit l’ampleur et la gravité de ces situations. Si vous avez observé la couverture médiatique de ces crises, vous avez peut-être constaté que les fréquences radio des organisations en sécurité publique sont submergées d’information et de demande à l’aide lors des 15 à 30 premières minutes. C’est avec une formation de qualité et avec de la pratique que les répondants seront en mesure de contrôler la scène de l’incident et attribuer les ressources aux bons endroits dans un court laps de temps, en espérant au final sauver des vies.

berlin.png

Attaque de Berlin: Source: REUTERS/Hannibal Hanschke

Lors de ces premières minutes critiques, les policiers répondent et font leurs tâches habituelles en plus de chercher des suspects, contrôler le trafic, venir en aide aux blessés et fournir des informations à jour au centre de communications d’urgence. Évidemment, les ambulanciers et pompiers vivent la même réalité. Une fois que les officiers supérieurs sont sur place, ces derniers veulent habituellement établir un poste de commandement multi-agences afin de comprendre ce qui s’est passé et tenter de prendre le contrôle de la situation le plus rapidement possible. Notons en plus qu’à l’intérieur de chaque organisation qui est impliquée, on retrouve des unités spéciales qui veulent et ont besoin de posséder leurs propres réseaux radio, ce qui doit être pris en considération lors de la planification.

Découvrez comment interconnecter des réseaux radio normallement incompatible

Avec la réalité dans laquelle on vit aujourd’hui, il est facile de comprendre pourquoi la FEMA a conçu et offre un cours sur la préparation des communautés à des attaques coordonnées et complexes. Ces événements vont devenir de plus en plus sophistiqués et importants et malheureusement, il ne faut que quelques personnes (terroristes) pour causer des dommages considérables. Prenons pour exemple les deux hommes vêtus d’une veste explosive qui ont causé la tragédie à l’aéroport de Bruxelles en mars 2016. Les services d’urgence doivent être bien entraînés et se pratiquer de manière à savoir comment ils comptent répondre aux situations de crise. Par exemple, les répondants doivent comprendre qu’ils doivent émettre des messages courts et précis tout en demeurant calme et en contrôle. Les centres de communication d’urgence doivent également être bien formés et posséder de l’équipement de qualité. Ce n’est pas parce qu’il y a eu une bombe sur une artère principale que cela signifie qu’on peut oublier un incendie de maison ou le malaise cardiaque d’un individu à l’autre bout de la ville. Nous devons être en mesure de fournir les services d’urgence à l’ensemble des citoyens, et ce, même dans les endroits qui ne sont pas affectés par la crise.

Boston Bombing.jpg

Attaque à Boston: Source: (Reuters / Jessica Rinaldi)

Je ne répèterai jamais assez que les intervenants en sécurité publique doivent prendre le temps de s’entraîner et d’acquérir de la formation par l’entremise d’exercices de simulation. N’oubliez pas de vous pratiquer avec votre équipement radio afin de voir comment vous pouvez répondre aux incidents de grande envergure. Vous devez également avoir un plan qui établit qui utilisera quelles fréquences lors d’une crise majeure. Si ce plan n’est pas déterminé à l’avance, le gestionnaire d’urgence devrait attribuer les canaux dès que possible lorsqu’une crise se déclenche. D’autre part, vous devriez vous entraîner avec les services d’urgence qui vous viendront en aide si une situation de crise l’exige. Assurez-vous de cibler les problèmes potentiels qui pourraient survenir lors d’une urgence. Ainsi, vous serez en mesure de fixer ces problèmes ou même procéder à l’achat ou mise à jour de nouvelles radios. Étant donné que cela exige du temps, vous devriez comment à planifier le tout dès maintenant !

 New Call-to-action

Topics: radio, attentat, communication multi-agences

Written by Blogueur Paul Calderwood

Chef pompier adjoint Calderwood est retraité du Service Incendie d’Everett au Massachussetts. Il donne des conférences sur la scène internationale sur les problématiques relatives aux incendies et à la sécurité publique. Il détient un baccalauréat en Protection et Sécurité Incendie et termine présentement sa maîtrise en gestion de crise qui fait partie du programme de science incendie au Providence College situé au Rhode Island. Chef pompier adjoint Calderwood est également certifié Spécialiste de la protection contre l'incendie.

S'inscrire au blogue

Articles récents

Articles classés par thème

Voir tout